A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

FORUM

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Peuple a la nuque roide

                                                             Gerard Hoet (1648-1733)
                                                           L'Adoration du Veau d'Or





                           TRANSFORMER LA BARRE DE FER

(Chemot 32-9) : « Hachem dit à Moshé :Je vois que ce peuple à la nuque roide ». Le Sforno explique : leur nuque est dure comme une barre de fer. Ils refusent d’écouter ceux qui les réprimandent, si bien qu’il n’y a pas d’espoir de repentir.

Le peuple a commis une monstrueuse faute au pied du Mont Sinaï, à l’endroit même où ils avaient déclaré
 « Naassé Vénichema ». Là où Hachem s’est révélé aux Bene Israël, là où ils ont entendu les Dix Paroles. C’est à cet endroit précis qu’ils ont commis le grave péché d’idolâtrie, la faute du veau d’or.
Au moment où Moshé Rabbenou s’apprête à redescendre du Mont Sinaï avec les Premières Tables de la Loi, Hachem lui annonce l’infidélité du peuple. Pire encore, le peuple n’est pas prêt à entendre de réprimande, il n’est pas disposé à regretter son infidélité.

Dans un premier temps, Moshé Rabbenou supplie Hachem de ne pas anéantir le peuple. Il implore Sa Miséricorde, ainsi que la faveur de lui accorder le temps nécessaire pour faire prendre conscience au peuple la gravité de la faute commise.
A son retour parmi le peuple, Moshé Rabbenou prend la courageuse décision qui s’imposait : de briser les Tables. Seul cet acte décisif pouvait faire comprendre au peuple la gravité de son infidélité.
Hakkadosh Baroukh ‘Hou Lui même approuva cet acte nécessaire en disant à Moshé Rabenou : «‘Hazak ! » et en le remerciant.
Rech Lakish enseignait (Traité Ména’hot) : un acte de destruction peut être un acte de restauration.


Dans un deuxième temps, après avoir réduit en poussière le veau d’or, Moshé Rabenou s’adresse à Aaron et lui dit : « Que t’a fait ce peuple pour que tu aies amené sur lui une si grande faute ? ».

Dans un troisième temps, et c’est seulement le lendemain que Moshé Rabenou s’adresse calmement au peuple en lui disant :
« Pour vous, vous avez commis un grand péché ». Dans sa grande sagesse, Moshé Rabenou a su retenir sa réprimande jusqu’au lendemain. Il a attendu le moment favorable,comme il est dit dans les Pirke Avot (chapitre 4,michna 23) :
 Rabbi Chiméone ben Eleazar disait : « n’essaye pas de calmer ton prochain quand il est dans le premier feu de sa colère. Chapitre 33 verset 4 : « Et le peuple eut connaissance de cette mauvaise nouvelle, et prit le deuil et nul ne se para de ses ornements ».
En entendant la mauvaise nouvelle du retrait de la présence divine, le peuple manifesta des sentiments de deuil témoignant de leurs remords.
Moché Rabénou a su transformer la dure ‘’barre de fer’’ – la nuque roide des Enfants d’Israël, à la raison et au repentir.

Par RAV MOCHE MERGUI

cejnice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire