A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V - W - Y - Z

AVERTISSEMENT

Amis lecteurs
Je ne fais ce Blog que pour vous faire decouvrir les tresors du Judaisme
Aussi malgre le soin que j'apporte pour mettre le nom de l'auteur et la reference des illustrations sur tous ces textes , il se pourrait que ce soit insuffisant
Je prie donc les auteurs de me le faire savoir et le cas echeant j'enleverais immediatement tous leurs textes
Mon but etant de les faire connaitre uniquement pour la gloire de leurs Auteurs

Daf Yomi


Tout a commencé à Vienne, en 1923, à la première assemblée de l'agoudath israël quand le rabbi MEIR SCHAPIRA, roch yechiva de la yechiva hakhme lublin, proposa une brillante initiative qui consista à étudier tous les jours une page de guemara, recto verso .

En l'espace de sept ans et demi environ, on achève ainsi les 2711 folios formant le talmud de Babylone depuis les premières éditions imprimées en Italie à la fin du 15 eme siècle.
Sitôt un cycle terminé, un autre recommence.

Depuis ces quelques 75 ans, le daf yomi a été largement plébiscite et d'innombrables pages de talmud ont été étudiées.


Le daf yomi a pour mérite d'avoir réussi à rassembler une grande partie du peuple juif autour d'un projet commun d'étude.
Certes, l'étude dans le cadre du daf yomi se fait au détriment d'un approfondissement des textes, mais mieux valait cela que l'absence totale de contact avec le limoud qui à cause des ravages dans de larges secteurs de la population juive.
Le dernier Siyoum (La complétion de ce cycle est célébrée sous le nom de Siyoum) s'est tenu le 1er mars 2005 et aurait été fêté par 120 000 participants dans le monde. Le douzième cycle du Daf Yomi a débuté le 2 mars 2005 et devrait se conclure le 2 août 2012. Il est organisé par l'Agudath Israel of America.

Le Daf Yomi, l’étude journalière d’une page de Talmud, est devenu une véritable institution dans le monde juif et son instigateur, le Rav Meir Shapira zts’l de Lublin, serait fier de constater aujourd’hui le nombre de Juifs, à travers le globe, qui s’adonnent quotidiennement à cette pratique.
Le Rav Méir Shapira, disparu le 7 Heshvan (comme ce dimanche) 5694 (1933) à l’âge de 46 ans, a donc laissé un héritage important. Au cours de sa vie, il a exercé les fonctions de rabbin en Pologne et a notamment fondé, dans les années 30 la fameuse yeshiva des Sages de Lublin (yeshivat H’ah’mei Lublin) célèbre dans le monde entier.
Le Rav Shapira est né en 1887 dans la ville de Suceava ou Suczawa (Shatz en Yiddish), en Roumanie. Il était le descendant du Rabbin Pinhas Shapira de Korzec (ou Korets), petit village d’Ukraine. Il a obtenu son diplôme rabbinique à l’âge de 15 ans.
Le Rav Meir Shapira, président de l’Agoudat Israël de Pologne, a siégé en tant que délégué de son mouvement au Sejm, Chambre Basse du parlement polonais, entre les années 1922 et 1927. Il était également membre du conseil qui nommait les rabbins polonais, dépendant du ministère des Cultes. En 1928, il a renoncé à toutes ses activités politiques pour se consacrer entièrement à sa yeshiva.
L’idée du Daf Yomi, l’étude quotidienne d’une page de Guemara, a été émise par le Rav Meir Shapira en Eloul 1923, lors d’une assemblée de l’Agoudat Israël à Vienne. Cette initiative a été chaudement soutenue notamment par le Hafets Hayim (Rav Israël Meir Kagan) et le Admour de Gour, deux autorités religieuses de renom. A présent, on sait que cette idée s’est répandue dans le monde entier et a été adoptée par les Juifs de toutes origines, séfarades et ashkénazes.
Le Rav Meir Shapira et son épouse n’ont pas eu le bonheur d’être parents et il disait toujours qu’il considérait  »le Daf Yomi et la yeshiva des Sages de Lublin comme ses deux enfants ». En 1933, ayant été nommé rabbin de Lodz, il a demandé qu’une grande partie de son salaire soit versée à la yeshiva pour rembourser les dettes qu’elle avait contractées. Malheureusement, le Rav est décédé du typhus trois jours à peine après avoir pris ses fonctions.juif.org

Il y a également le Daf Hala'ha, l'étude quotidienne d'une page de Michna Broura. Pour l'organisation Dirchou, initiatrice de ce programme qui débarque en France après avoir conquis des milliers de personnes de par le monde, il s'agit de rendre la Hala'ha accessible, vivante, ancrée dans le quotidien.hamodia

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire